Manifestation contre l'expansion du réseau mobile 5G

Première manifestation contre la 5G à Berne.

Le rassemblement, qui aura lieu le 10 mai 2019 sur la place de l’Orphelinat à Berne, est organisé par l’association civile « Stop5G », qui demande en particulier un moratoire sur la technologie 5G et rejette l’augmentation des valeurs limites actuelles de l’ordonnance ORNI.

Aujourd’hui, la technologie 5G est au centre de nombreux débats et soulève des questions légitimes. En tant que citoyens sceptiques préoccupés par l’impact de cette technologie sur notre démocratie, notre sécurité, notre santé, notre vie sociale et notre environnement, nous avons uni nos forces au sein d’un comité germano-suisse et français (avec des contacts en Suisse italienne) dans le but d’organiser une manifestation nationale. Celle-ci aura lieu le 10 mai 2019 sur la place de l’orphelinat à Berne. Des orateurs de renom (voir ci-dessous) prendront la parole et les deux musiciens Mark Kelly et Andreas Fröhlich formeront l’accompagnement musical. A cette occasion, nous aimerions présenter aux médias, mais aussi à nos élus et à l’industrie de la téléphonie mobile les demandes et les craintes d’une partie croissante de la population concernant l’expansion actuelle et future du réseau 5G sur le territoire suisse. De plus, nous aimerions sensibiliser la population aux problèmes déjà créés par les radiations existantes.

Une conférence de presse sera organisée pour informer les médias de notre approche et répondre à leurs questions. Date de la conférence de presse : Mercredi 8 mai 2019, de 10h30 à 12h00 au Käfigturm de la Marktgasse 67 à Berne.

Nos revendications au rassemblement du 10 mai 2019

  • Imposer immédiatement un moratoire national sur la technologie 5G jusqu’à ce qu’un nombre suffisant d’études scientifiques indépendantes indiquant que la technologie est sûre soient disponibles ;
  • Que les valeurs limites de l’ordonnance ORNI en vigueur avant le 17 avril 2019 ne soient pas augmentées et que les valeurs maximales ne dépasseront en aucun cas les valeurs limites actuelles; 
  • Que la méthode de mesure de l’ordonnance ORNI ne soit pas modifiée de manière à permettre une augmentation de l’exposition au rayonnement au-delà des valeurs limites actuelles ;
  • Une meilleure information de la population sur la radio-exposition actuelle au moyen de campagnes de prévention ;
  • L’introduction d’une surveillance de la santé en ce qui concerne les effets des immiscions provenant d’installations radio mobiles fixes ;
  • Une véritable volonté politique de donner la préférence à l’expansion de la fibre optique jusqu’à la maison (FTTH) ainsi que des solutions câblées sur la technologie sans fil ;
  • Une réhabilitation prioritaire des lieux dits sensibles (jardins d’enfants, écoles, hôpitaux, maisons de retraite, cabinets médicaux et appartements) par la mise en place de réseaux de communication sans radio-exposition ;

  • Les zones blanches pour les personnes électrohypersensibles vulnérables (EHS) et leur soutien et reconnaissance de leur handicap ;

  • La promotion de la recherche et du développement de nouvelles technologies compatibles avec la santé au niveau des rayonnements radioactifs et la diffusion des connaissances sur les effets des rayonnements non ionisants au niveau universitaire.

Intervenants le 10 mai 2019

  • Sabine Glauser, Membre des Verts au Grand Conseil du Canton de Vaud
  • Thomas Hardegger, Conseiller national et coprésident du PGNIS (Groupe parlementaire sur les rayonnements non ionisants, l’environnement et la santé)
  • Martin Vosseler, Médecin, écologiste et militant pour le climat
  • Enrico Stura, biophysicien moléculaire
  • Valérie, Designer et artiste interdisciplinaire, Elektrosensible (EHS), membre de l’Association Romande Alerte
  • Peter Schlegel, Dipl. Ing. ETH, Expert en Elektrosmog
  • Olivier Bodenmann, Ingenieur électricien ETHL, Expert en Elektrosmog
  • Pierre Dubochet, Ingénieur radio, expert en rayonnement non ionisant
  • Martin Zahnd, Association «Schutz vor Strahlung»
Switch The Language