fbpx
Risques de la téléphonie mobile

Téléphonie mobile : les valeurs limites ne protègent pas la population

Depuis l’introduction numérique de la technologie de téléphonie mobile, les associations de médecins de l’environnement, les groupes de scientifiques indépendants, les associations de protection contre les radiations de la téléphonie mobile et les associations de biologistes du bâtiment ont souligné les risques sanitaires des communications mobiles sur la base de renseignements complets et clairs. Ils exigent des limites de rayonnement plus basses.

Risques et dommages connus de longue date

On prétend que notre population est suffisamment protégée contre le rayonnement des antennes par la valeur limite d’installation suisse. Il semble que ces limites soient presque toujours respectées, non seulement en Suisse, mais dans toute l’Europe centrale. Cependant, l’expérience pratique montre quelque chose de complètement différent. De plus en plus de médecins et de scientifiques sonnent l’alarme : les antennes des téléphones portables rendent les gens malades.

La résistance nationale aux demandes de permis de construire d’antennes n’a rien à voir avec une prétendue « peur diffuse », comme on le lit souvent dans les médias. Ceci est en relation directe avec une connaissance claire et confirmée de l’expérience au niveau mondial. Depuis plus de 20 ans, des médecins attentifs, des médecins des médecines complémentaires, des experts en mesure et surtout des personnes directement concernées savent concrètement le type d’ images cliniques qui peuvent être provoquées par des antennes de téléphone portable. Les perturbations du bien-être et les atteintes à la santé sont évidentes. Cette preuve est ignorée par la communauté scientifique établie.

Tiré de « Study of the health of people living in the vicinity of mobile phone base stations, part I », Prof. R. Santini et. al., Universität Villeurbanne (Lyon), Pathol. Biol. 2002.

Introduction d'une technologie sans évaluation des risques

La téléphonie mobile utilise des fréquences comprises entre 400 MHz et 100 GHz. Les services sont appelés GSM, UMTS, LTE, 5G, WLAN, pour n’en nommer que quelques-uns. Leur rayonnement micro-ondes non ionisant et pulsé est nocif pour la santé. De nombreux résultats de recherche sont disponibles pour presque toutes les fréquences. La 5G va maintenant être introduite sans qu’aucun test n’ait été réalisé afin d »examiner les effets sur la santé et l’environnement. Les premières études commencent à peine à paraître.

Officiellement, on dit encore que la nocivité de la 5G n’est « pas prouvée ». Il y a des raisons à cela. Raisons économiques et politiques : De nombreuses études sont financées par l’industrie. Les législateurs et les autorités sont exposés à de fortes pressions de l’industrie ou pire y sont liés. La responsabilité est transférée dans les deux sens entre les autorités chargées de l’application de la loi et les tribunaux.

Raisons individuelles : Les scientifiques s’efforcent de réussir sur le plan professionnel et ont besoin de fonds de recherche. Beaucoup d’entre eux ne veulent pas s’exposer de peur de mettre en péril leur réputation et position au sein de la « Scientific Community » de la communauté scientifique établie.

 

Grafique: Aus Enrique Navarro, J. Segura, M. Portoléz, Claudio Gomez Perretta de Mateo, et al. (2003), « The Microwave Syndrom, a preliminary Study in Spain », Electromagnetic Biology and Medicine, Vol. 22, Issue 2, 2003

 

Besoin de logements faiblement irradiés

L’infrastructure des télécommunications mobiles se développe rapidement. La protection de la santé est complètement négligée. Il est urgent d’accorder la priorité absolue à la protection de la santé. Il est indispensable d’assurer tant le bien-être de la population que celui des travailleurs et des élèves dans leur environnement de travail. Des mesures appropriées doivent maintenant être appliquées à cette fin.

Si la téléphonie mobile continue à être développée de la même manière, beaucoup de personnes vont en souffrir. Il sera impossible de se protéger contre les rayonnements des téléphones portables – pas même à l’intérieur de ses propres murs. C’est pour cela que  frequencia demande en particulier des logements faiblement irradiés.

Séparation des espaces intérieurs et extérieurs

Ceci est rendu possible par la séparation systématique et stricte des espaces intérieurs et extérieurs grâce à l’Internet haut débit câblé. Ce n’est qu’à ce moment-là que la liberté de choix sera respectée. Dans ces conditions, une augmentation des valeurs limites pour la téléphonie mobilesera même inutile et pourrait même être abaissée. Le niveau de rayonnement dans les zones extérieures se verrait considérablement réduit par la simple application de ce concept.

Le rayonnement électromagnétique est présent partout et provient de diverses sources. Les sources les plus importantes et les plus fortess sont souvent situées à l’extérieur des immeubles et des appartements. Nous devons vivre avec ces radiations, que cela nous plaise ou non. Les sources  du rayonnement ne peuvent pas être éliminées ou éteintes. En tant que citoyens, nous n’avons aucune influence sur leur fonctionnement ou leur emplacement. Ainsi, la population n’a souvent pas d’autre choix que de protéger la maison contre les radiations ou de l’éviter, dans la mesure du possible.

Switch The Language
     
    Adresse

    Rebgasse 46 | 4058 Basel | Schweiz

    +41 (0)61 689 19 00
    Cart