Quel avenir désirons-nous pour nos enfants?

Que signifie le déploiement de la 5G

À l’heure actuelle, un chiffre et une lettre agitent les esprits : 5G. Le profane peut difficilement distinguer les faits des fausses déclarations. La Confédération, les cantons et les communes élaborent des plans d’expansion, mais personne ne sait vraiment à quoi cela correspond. Aussi immense que soit l’intérêt du public pour ce sujet, le manque d’information l’est tout autant. Votre municipalité prévoit-elle déjà de construire une antenne 5G ? La première antenne a-t-elle peut-être déjà été installée ? Vous vous êtes sûrement déjà posé une ou deux questions. Et vous n’avez probablement pas reçu de réponse satisfaisante. La raison est simple : le sujet est tellement complexe et peu étudié, qu’il est extrêmement difficile de donner des réponses.

Le déploiement de la 5G se fera en deux phases

En Europe, la mise en service de la 5G est prévue en deux phases. Depuis 2019, les bandes de fréquences sont utilisées dans la téléphonie mobile en dessous de 6 GHz en utilisant une technologie de type 4G. Ce qui est nouveau, c’est l’utilisation d’antennes adaptatives à plusieurs canaux de transmission, ce qui pourrait augmenter considérablement les effets nocifs du rayonnement. Résultat : encore plus de personnes pourraient souffrir d‘électro-hypersensibilité .

Des antennes sur chaque poteau d'éclairage publique

L’introduction ultérieure de la « vraie » 5G avec l’utilisation d’ondes millimétriques dans la gamme des hautes fréquences (25 – 86 GHz) nécessitera énormément plus d’antennes en raison de la courte portée de ces ondes. Vous avez peut-être entendu l’expression « antennes sur chaque lampadaire ». Cela signifie que chaque endroit, aussi petit ou éloigné soit-il, est irradié de manière à ce qu’aucune ombre radio ne se forme. Ce développement a déjà commencé aux Etats-Unis et en Asie. En Europe, c’est prévu dans un avenir proche.

La Confédération ne sait pas comment fonctionne la 5G

Sans attendre les résultats du groupe de travail sur la 5G mis en place par la conseillère fédérale Doris Leuthard à l’OFEV (Office fédéral de l’environnement), la Confédération a tout d’abord accordé aux opérateurs mobiles des concessions pour l’utilisation de nouvelles bandes de fréquences pour un montant de 380 millions de francs. L’étude de sécurité du gouvernement fédéral est toujours attendue. Etant donné que les opérateurs affirment qu’ils ne peuvent pas installer le réseau 5G conformément à l’ordonnance sur la protection contre les rayonnements non ionisants (ORNI) en vigueur, la Confédération a également révisé discrètement cette ordonnance en avril 2019 (Swisscom appartient à 51% à la Confédération). Le principe de précaution soutenu par l’Association professionnelle des médecins suisses (FMH) n’a pas été respecté.

On ne vous a rien demandé

La 5G est imposée à l’ensemble de la population suisse sans débat démocratique – malgré les diverses demandes de moratoire formulées par les cantons. Les enquêtes de 2019 montrent que la majorité de la population est contre l’introduction de la 5G et les risques associés.

… rejeter une augmentation des valeurs limites nécessaires à la 5G .

Les électeurs verts sont encore plus critiques : 70 % rejetteraient l’augmentation des valeurs limites. Au total, 19018 électeurs de toute la Suisse ont participé à l’enquête électorale Tamedia en mai 2019..

Faits à propos de la 5G

Sans évaluation des risques

La 5G représente de graves problèmes de santé pour l'homme et pour l'environnement.

Des scientifiques et des médecins renommés dans le monde entier sont inquiets et défendent le principe de précaution. Le 5G n’a pas encore été testé pour ses effets sur notre santé et les êtres vivants en général. Son introduction équivaut donc à une expérience gigantesque sur les humains, les animaux et les plantes, ce qui constitue une violation flagrante du droit international.

Selon de nouvelles études cancérogènes

En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé les rayonnements de radiofréquences comme « potentiellement cancérogènes pour l’homme ». Sur la base de nouvelles études, un groupe de scientifiques plaide aujourd’hui pour son reclassement comme « cancérogène pour l’homme » sans aucune réserve.

Les valeurs limites officielles pour la protection contre les rayonnements électromagnétiques ne tiennent pas compte des effets biologiques et cumulatifs d’années d’exposition continue au rayonnement du corps humain. Elles sont fondées sur les valeurs recommandées par l’ICNIRP pour les rayonnements non ionisants établies par un comité de représentants de l’armée américaine et de l’industrie mobile dans les années 1990.

INTERNATIONAL APPEAL
Stop 5G on Earth and in Space

Les valeurs limites ne doivent pas être augmentées

La sécurité des valeurs limites officielles pour la 3G et la 4G n’a pas été testée. Ces limites sont bien supérieures aux recommandations de nombreux scientifiques indépendants. Elles contredisent également la Résolution 1815 du Conseil de l’Europe, qui demande une valeur limite 30 fois inférieure à celle applicable en Suisse.

Pour une exposition sûre aux rayonnements, il existe des valeurs indicatives qui sont 100 à 1000 fois inférieures (volts par mètre) aux valeurs limites suisses actuelles. Ces valeurs directrices sont fondées à la fois sur une science indépendante et sur l’expérience pratique en biologie de la construction acquise au cours de plus de deux décennies.

Les rayonnements mobiles rendent les gens malades

Les rayonnements non ionisants, y compris ceux de la 5G, peuvent endommager l’ADN. C’est ce qu’a reconnu Swisscom dans sa demande de brevet n° WO200404075583 (disponible en ligne). Des milliers d’études indépendantes, consultables en ligne, prouvent la nocivité des rayonnements non ionisants : diabète, cancer, maladies rénales, cardiaques et neurologiques sont en augmentation.

Le nombre de cas de maladies augmentera

On craint que la 5G n’entraîne une explosion des cas d’acouphènes, de TDAH, de maux de tête, d’étourdissements, d’inflammation des yeux, de dépression, de tension nerveuse, de fatigue chronique, de sensibilité aux infections, de troubles du sommeil, de problèmes de fertilité, de diabète, de problèmes cardiovasculaires et de cancer.

Il existe également de nombreux cas d’intolérance aux rayonnements électromagnétiques en Suisse. Les personnes atteintes d’électrohypersensibilité (EHS) sont gravement atteintes dans leur santé, ce qui conduit souvent à leur retrait de la vie sociale.

Les animaux sont également en danger

Dans des études indépendantes sur la faune et la flore, des effets nocifs des rayonnements de téléphonies mobiles ont également été observés chez le bétail, les oiseaux, les souris, les rats, les grenouilles, les insectes (abeilles, fourmis, mouches), les vers de terre, les bactéries et les plantes.

Les effets des ondes 5G millimètres (> 25GHz), en revanche, sont à peine connus. Très peu d’études ont été réalisées à ce jour sur ce sujet. L’affirmation répandue selon laquelle ces ondes millimétriques restent à la surface du corps et ne peuvent pas pénétrer dans les organes du corps est scientifiquement non défendable.

A la merci des radiations

Des groupes industriels comme SpaceX ou Amazon veulent utiliser les satellites 5G pour mettre en réseau la planète entière. Aucun être vivant sur terre ne pourrait y échapper.

Vie privée: Où est la sécurité?

La mise en réseau totale et les données qui en résultent fournissent à l’industrie et à la politique une énorme quantité d’informations sur notre vie privée. La collecte de données à grande échelle permettra également une surveillance accrue. Pour l’analyse de ces énormes quantités de données, l’intelligence artificielle doit être utilisée. Il est concevable que cela se transforme en une société hyper-automatisée, largement condescendante et totalement supervisée, comme on peut déjà l’observer en Chine aujourd’hui.

Développement durable: Quel avenir nous attend?

En tant que technologie purement commerciale conçue pour la consommation de masse, la 5G est superflue et destructrice pour notre planète. L’obsolescence programmée (vieillissement artificiel) de centaines de milliards ( !) d’objets en réseau contribuera de manière significative à la catastrophe environnementale en cours, car les déchets électroniques ne sont guère recyclables.

Dès 2013, la consommation d’énergie de l’Internet et des appareils en réseau était équivalente à celle du Canada et de la Finlande réunis. Aujourd’hui, on dit que le Cloud est le cinquième plus gros consommateur d’énergie. Avec sa multitude de Clouds interconnectés, la 5G va multiplier la consommation d’énergie de plusieurs fois.

5G: 15'000 antennes supplémentaires rien qu'en Suisse doivent être mises en place

La 5G nécessitera la construction de x millions de nouvelles antennes dans le monde et entraînera la production de centaines de milliards de dispositifs en réseau, ce qui entraînera une augmentation de l’extraction de minerais rares.

L’extraction de ces minerais est régulièrement associée à de graves dommages environnementaux, et les conditions de travail dans les mines violent le plus souvent les droits fondamentaux des travailleurs – en particulier des enfants qui y travaillent.

Nous exigeons...

Que pouvons-nous faire?

Nous n’avons pas à accepter que la 5G nous soit imposée sans prendre en considération ses impacts éthiques, sanitaires, sécuritaires et environnementaux.
Switch The Language