La population exige un moratoire sur la 5G et refuse de continuer à être irradiée de force

21. septembre 2019 in Revue de presse

Manifestation Stop 5G avec plus de 3000 participant-e-s sur la Place fédérale à Berne

  • Des risques incertains : l’association organisatrice frequencia et les partenaires de la manifestation revendiquent un moratoire national sur la technologie 5G
  • Les sondages sont clairs : près de 60 % de la population sont contre une augmentation des valeurs limites en faveur de la 5G
  • L’introduction de la 5G bloquée : des oppositions pour presque toutes les mises à l’enquête de nouvelles stations de téléphonie mobile
  • La 5G va faire exploser les besoins en électricité : selon les pronostics, une augmentation de 20 à 50 % des besoins en électricité est attendue en raison de la mise en réseau des objets connectés (Internet des objets)
  • Revendication pour un abaissement des valeurs limites : une alliance nationale veut imposer une volonté politique contre la construction à tout-va de nouvelles antennes
  • Une nouvelle conception de la téléphonie mobile : la politique commence à s’ouvrir à la discussion en faveur d’espaces de vie à faible irradiation.

Quatre mois après la première manifestation STOP 5G en mai dernier, plus de 3000 personnes se sont réunies sur la Place fédérale à Berne ce samedi 21 septembre 2019 avec l’appel « Contre l’irradiation forcée, pour la liberté de choix ». De nombreux politiciens, experts et expertes tels que Thomas Hardegger (conseiller national), Olivier Pahud (candidat au Conseil national), Markus Durrer (expert indépendant pour les rayonnements non ionisants), Hans-Ulrich Jakob (ingénieur électricien, Gigaherz) et Cornelia Semadeni (Médecins en faveur de l’environnement) ont exprimé à quel point les technologies mobiles ont un impact sur les humains et l’environnement. Tamlin Schibler Ulmann, organisatrice et co-présidente de frequencia, est satisfaite de la manifestation : « Le fait qu’autant de personnes se soient réunies aujourd’hui à Berne est un signe clair contre l’introduction incontrôlée de la 5G : les citoyens et citoyennes ont en assez des décisions prises contre leur gré et aux dépens de leur santé. »

frequencia exige un moratoire sur la 5G et des espaces de vie faiblement irradiés

Tandis que les opérateurs de téléphonie mobile mettent tout en œuvre pour assurer une couverture réseau en 5G aussi rapidement que possible, il manque toujours les preuves de l’innocuité sanitaire et environnementale de cette technologie. Sans connaître les effets et les risques de la 5G sur l’humain et l’environnement, la Confédération a vendu les concessions pour l’utilisation des nouvelles fréquences aux opérateurs pour un montant de 380 millions de francs. L’organisation nationale frequencia exige un moratoire national sur la technologie 5G et une réduction conséquente des valeurs limites, car, déjà actuellement, les effets sur la santé des rayonnements nécessitent une action immédiate. A travers tout le pays, des oppositions ont quasi systématiquement été déposées contre les projets de construction d’antennes 5G.

Cela fait plus de deux décennies que des voix s’élèvent contre les installations de téléphonie mobile. La population en souffre clairement, les quelque 800 000 personnes intolérantes aux ondes en Suisse sont là pour en témoigner. Avec l’introduction planifiée de la 5G, il est prévu d’ériger 15 000 antennes supplémentaires. Elles doivent permettre de connecter entre eux jusqu’à un million d’appareils par kilomètre carré. Même si les appareils de nouvelle génération peuvent être plus économes en énergie, leur nombre va faire augmenter la consommation en électricité de 20 à 50 % d’ici 2030, selon les derniers pronostics.

Réduction des valeurs limites et séparation de la couverture réseau intérieure et extérieure

Afin de remplir leurs objectifs relatifs au déploiement de la 5G, les opérateurs de téléphonie mobile revendiquent une augmentation des valeurs limites pour les faire passer de 6 V/m à 20 V/m, ce qui engendrerait une augmentation énorme de la pollution électromagnétique. Des experts indépendants estiment déjà que les valeurs actuelles sont irresponsables et exigent aujourd’hui, avec l’introduction de la 5G, qu’enfin des zones à faible irradiation soient introduites et que les valeurs limites soient réduites. Les Médecins en faveur de l’environnement (MfE) exigent depuis bientôt deux décennies une réduction à un dixième des valeurs actuelles. La résolution n° 1815 du Conseil de l’Europe préconise quant à elle une valeur limite 30 fois inférieure à la valeur suisse actuelle.

Certains politiciens s’étant dans un premier temps prononcé en faveur de la technologie 5G se montrent impressionnés de la contestation populaire. Ils sont prêts à discuter de l’introduction d’espaces de vie à faible irradiation. L’organisation frequencia se réjouit de cette évolution. « En séparant la couverture réseau intérieure et extérieure, il serait possible de réduire drastiquement l’exposition aux ondes. Il est impératif qu’il soit inscrit dans la loi que les espaces de vie doivent être protégés des rayonnements extérieurs des antennes de téléphonie mobile ainsi que des ondes générées dans les appartements, notamment par les routeurs wi-fi des voisins. », affirme Peter Schlegel, expert en télécommunication mobile et membre du comité de frequencia.

Pour de plus amples informations : contact@frequencia.ch

DE : Uwe Dinger 061 689 19 00 et Martin Zahnd 044 341 76 60
FR & EN : Tamlin Schibler Ulmann 024 420 22 86 / 079 394 79 83 et Coco Tache-Berther 079 208 47 84
IT : Patricia Schera 091 791 85 91

frequencia – connected to life

L’organisation nationale de protection de l’environnement et de protection des consommateurs et consommatrices frequencia se mobilise par rapport aux effets de la digitalisation et des développements technologiques. Elle se concentre en particulier sur les effets du  rayonnement électromagnétique à hautes et à basses fréquences. frequencia s’engage pour une utilisation consciente des technologies numériques afin de minimiser leurs effets négatifs sur l’humain et la nature – pour un monde où la technologie est adaptée à l’humain, et non l’inverse.

https://www.frequencia.ch/project-details/kundgebung-nr-2-in-bern/?lang=fr

Switch The Language